Construction : Osez le numérique! -Guy Bolduc

Nous avons eu un dégât d’eau cette semaine et j’ai été obligé d’appeler un plombier en urgence. Un seul, à l’intérieur de 25 kilomètres autour de ma ville  avait un site Web « potable » (sans vouloir faire un jeu de mots) et adaptatif aux mobiles. Alléluia !

Ce soir-là, l’investissement d’une présence Web de ce plombier lui a valu un revenu non prévu de 675$ pour 3 heures de travail, car c’est sur Google que je l’ai trouvé.

digital plumberToutefois, lorsque venu le temps de me produire la facture, mon sympathique plombier est demeuré une trentaine de minutes dans son camion à calculer et à rédiger (avec un stylo) sur une facture en copies 3 couleurs. À l’ère de la mobilité et des applications disponibles, c’est une perte de temps et d’argent.

Si des grandes entreprises adoptent lentement passage au numérique, force est de constater que la majorité d’entre elles, les plus petites notamment, tardent à franchir le pas au Québec.

Le commerce du détail connait lui aussi le même syndrome de frilosité. J’en parlais, dans un récent article consacré au commerce électronique.

construction ordinateirSi la génération boomers a lancé la serviette dans l’utilisation professionnelle des technologies numériques dont une présence réfléchie sur le Web et les réseaux sociaux, la génération X et encore plus la génération Y, s’y retrouve comme un poisson dans l’eau. Il serait ainsi temps de les équiper car ceci n’est plus une dépense, mais un investissement.

L’avènement des technologies mobiles offre des solutions à moindre coût pour faciliter le partage de l’information au sein des projets de construction et notre retard en comparaison avec nos voisins américains est grand et je ne parle même pas de l’infonuagique.

Le numérique adapté à la construction, c’est quoi?

Tout entrepreneur en construction sait très bien que son projet repose grandement sur un processus de productivité, de partage de l’information et d’échéancier.

Les différents acteurs dans ce domaine ; chargés de projet, architectes, ingénieurs, plombiers, électriciens  travaillent de concerto sur la base d’informations qu’ils s’échangent continuellement, tout le long de l’ouvrage.

Par conséquent, la qualité et la rapidité de l’information produite sont un critère de productivité, donc de compétitivité. C’est justement à ce niveau que le numérique peut apporter des solutions.

Grands chantiers, il y a maintenant des solutions numériques qui ont un impact majeur.

BIM : plus qu’une solution, une véritable révolution.

BIM team ProjetBIM, de l’anglais Building information Modeling est à la fois un processus et une technologie, il permet de gérer des informations liées à un projet de construction, depuis sa conception jusqu’à sa finalisation. C’est en fait une maquette numérique gérée en temps réel. La force de ce procédé repose sur la possibilité d’accès, de modification et de partage de l’information durant tout le cycle de la réalisation, entre tous les intervenants. La partie en amont par exemple, permet de faire des prévisions avec une justesse presque chirurgicale. Elle évite des surcouts liés à d’éventuels changements.

J’ai trouvé sur Google, le groupe BIM Québec.

En France, Yves Gabriel, Président du Bouygues construction, disait : grâce à la  maquette numérique et à la gestion des informations qu’elle contient, on peut désormais concevoir, construire et exploiter les ouvrages d’une tout autre manière, plus fiable, plus rapide, moins chère.

Les risques liés à la mise en place d’un projet de construction

Pour comprendre les avantages qu’on peut tirer d’un passage au numérique quand on est un entrepreneur en construction, voyons les difficultés possibles lorsqu’on s’apprête à mettre en œuvre un projet de construction :

  • Le risque de dépassement des délais impartis est le premier souci, car il détermine grandement votre compétitivité.
  • La maitrise des couts. En effet, les risques de dépassements des coûs de réalisation sont la hantise de tout entrepreneur et/ ou donneur d’ordre.
  • Manque ou mauvaise communication entre les différents intervenants.
  • Impossibilité d’accès à l’information une fois sur le chantier (technologies mobiles).

constructionLes avantages liés à la numérisation des données.

Ce n’est pas un hasard si le Royaume-Uni a décidé de rendre l’utilisation de la maquette numérique obligatoire sur les projets publics d’ici peu. Le progrès apporté par le numérique dans la gestion des coûts, notamment dans le secteur public est à lui seul, un avantage énorme, autant pour l’état que pour les entreprises de construction.

Une approche numérique peut améliorer grandement votre compétitivité.

Voici au moins 4 bons exemples :

En amont : la réalisation d’une maquette virtuelle permet d’anticiper avec exactitude les besoins et les coûts. On peut à l’avance connaitre les risques, en cas de changements ainsi que leur incidence sur les délais et les coûts.

Pendant la phase réalisation : la possibilité d’avoir accès aux informations du projet en temps réel entre les différents intervenants, permet un gain de temps énorme et une réactivité certaine, en cas de soucis techniques. Par ailleurs, la consolidation des informations sur maquette pendant la phase étude, permet aussi de mettre en place un système d’approvisionnement Just in time avec précision, donc avec une certaine maitrise des coûts.

En post réalisation : La base de données produite grâce au procédé numérique, permet de conserver toutes les informations liées à réalisation du projet en question. Cette mine d’information garantit une meilleure prise en charge lors des opérations de maintenance ou d’entretien. Grâce aux informations qui s’y trouvent, les interventions seront mieux ciblées, plus rapides et surtout plus sécuritaires.

La mobilité : grâce aux appareils mobiles, tablettes et téléphones intelligents, il est possible d’améliorer l’accès à l’information sur chantier et surtout la collaboration entre les équipes. Les applications mobiles pouvant servir de plateforme collaborative auront un rôle prépondérant dans ce sens, pourvu que les constructeurs québécois s’y mettent. Une étude de CEFRIO* montre que le besoin d’introduire la technologie mobile dans l’industrie de la construction au Québec existe réellement, mais l’approche reste un peu brouillonne. Peut-être par manque de pédagogie ?

*Source: Construction 2.0 par le CEFRIO.

Vous aimeriez une consultation sur votre présence Web ou un audit numérique? Contactez-moi et je pourrai vous présenter des solutions qui répondront à vos objectifs.

Pour apprendre à mieux connaître le coffre à outils du Web et des réseaux sociaux, consultez la liste de nos prochaines formations pour PME et organisations.

RÉSERVEZ VOTRE PLACE DÈS MAINTENANT !
Ingrid Bourgeois , Tél.: 514-805-6079 | Sans frais 1.877.387.0

*******************************************************
Avez-vous vu les nouvelles options de www.LaShopWeb.com ?
Consultez les forfaits à partir de 999$ + une formation gratuite en bonus.

La shop Web

Obtenir les meilleurs conseils Abonnez-vous à notre infolettre